retour

"Dans la plupart des cas de discriminations LGBTphobes, les entreprises sont prêtes à trouver un accord pour éviter la médiatisation de l’affaire"

Article Membres

En 2021, 54% des salarié.e.s LGBTQ+ se sont déclaré.e.s victimes de discriminations au bureau d’après l’étude du BCG « Why the first year matters for LGBTQ + employees » (octobre 2021). Élise Fabing, avocate en droit du travail et autrice du livre « Un manuel contre le harcèlement en entreprise » (Hachette), explique comment se défendre en cas de discrimination LGBTphobe. Interview.

Par Léa Taïeb

Si un.e salarié.e est victime de discrimination(s) en raison de son identité de genre ou de son orientation sexuelle, comment réagir ? 

Dans un premier temps, je conseille de constituer un dossier solide, de réunir un maximum de preuves écrites. Les écrits peuvent prendre la forme de mails, de post-it, de messages envoyés sur Slack, sur WhatsApp ou sur une autre application de messagerie. Il peut s’agir de messages entre la victime et la personne discriminante comme d’échanges entre des collègues témoins de la situation. On peut également solliciter des salarié.e.s ayant quitté l’entreprise...

Ils nous font confiance

IBM
France Télévisions
L'Oréal
JC Decaux
WeWork
Canal + groupe
Orange
Heineken
Groupe SOS
Groupe RATP
Ligue nationale de rugby
Mastercard
BCG
ING
Publicis groupe
Mangopay
La French Tech
Accenture
Coty
BNP Paribas
Axa
Engie
Société Générale
Yahoo
Facebook
Banijay
Google
AB inBEV
Vivendi
Microsoft